Ça coûte cher d’être pauvre

Loading

Ho hisse, y a du boulot

Gné ? Ah mais absolument, ça coûte cher d’être pauvre. Avec sa petite variante : tout coûte cher quand on est pauvre.

C’est quoi le “tout” dans “tout coûte cher” ? Bah tout, absolument tout ! La vie dans tous ses aspects. La moindre petite chose, même la plus basique est effroyablement hors de prix.

Un peu plus concrètement stp l’elman ? L’eau, l’électricité, la bouffe, les transports, le logement, l’internet, la scolarité, l’éducation, la culture, la santé… Quand je dis tout, c’est vraiment tout.

Surtout pour vous, chère classe moyenne, où vous avez quand même été habitués à un minimum ? Je n’ose d’ailleurs même plus dire “minimum de confort“… Un minimum de propreté, un minimum de culture, un minimum de civilisation quoi.

Et bah terminé toussa ! Depuis quelques temps maintenant, vous avez basculé dans un espèce de mode survie. Logement, nourriture, eau : zay sisa. Vous avez opéré des coupes franches dans le budget mensuel, terminé le non vital, à la poubelle les petits plaisirs.

Et même en opérant de la sorte vous ne vous en sortez toujours pas, kay. Et bien il faut se rendre à l’évidence : vous avez basculé dans la pauvreté tompokolahy sy tompokovavy.

Pendant ce temps vous observez ces gens qui se migalabona dans leur 8 cms de nationalité française taratasy, les enfants dans les meilleures écoles à l’étranger, les belles propriétés à l’étranger, la belle vie, les peoples, la jet set… waaaa… et surtout n’oubliez pas de bien revoter pour eux … pour qu’ils puissent continuer à bien vivre comme des stars 🤣

De temps en temps, dans leur incommensurable mansuétude, ils vous serviront un peu de riz cantonais. Auquel vous avez maintenant droit aussi puisque vous avez basculé dans la catégorie des pauvres. Donc allez rejoindre les stades de foot manara-penitra, alignez vous bien correctement, et vous aurez droit à votre vary mora et autre tosika famono tsinjo 😳

Tena mamPAlahelo anakay tenisany ka. Tena sanaby comme dirait l’autre, quelle dégringolade, quelle déchéance.

Mais vous savez le pire ? Vous, vous êtes devenus pauvres mais dans les faits, la grande majorité de la population était déjà pauvre avant que ces branquignoles arrivent au pouvoir. Et ils se sont bien arrangés depuis pour emporter l’adhésion de ces gueux et de ces crevards. Avec toujours cette image du messie sensationnel et populiste.. et ça marche.

Donc le majinikisme a triomphé tompokolahy sy tompokovavy. Vous, les intellectuels, les érudits, les nahavita fianarana, les travailleurs, les créateurs et toussa, le message est clair : dégagez. Fou*** le camp, vous n’avez plus votre place dans ce pays définitivement fou**. Passer le bac à la bougie, vous voulez quoi d’autre comme message ? Tsy efa … mazava ve zany ?

Et ne croyez pas que le pire est loin derrière. Malheureusement, quand j’analyse le contexte mondial, il est malheureusement encore loin … devant vous.

Je prends un exemple simple : ici en France le prix de l’énergie devrait progressivement augmenter de 75% d’ici 2025.. Et idem chez vous, dès le mois de janvier prochain même.

D’ici 2 ans, je me prépare donc à payer environ 125€ d’électricité par mois. C’est assez conséquent mais bon, au moins je sais que j’aurais toujours de l’électricité… et de l’eau, le service est cher mais il sera rendu.

Et, vous, avez-vous la même assurance si aujourd’hui vous payez par exemple 200 000 ar/mois de Jirama et que ça passe à terme à … 350 000 ar ? Ça va devenir encore plus compliqué hein ?

S’abonner
Notification pour
guest
20 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Rakotovelo
Rakotovelo
7 mois il y a

C’est la situation de la grenouille ébouillantée!

Rafangy
Rafangy
7 mois il y a

c’est vraiement cher d’etre pauvre car un travail que vous pouvez faire en 10m avec une perceuse electrique, vous prend pas moins de 30mn avec une perceuse manuelle car vous ne pouvez pas vous offrir une perceuse electrique, ou que le courant est coupé,la photo du haut illustre bien cela,il en faut 8 personnes pur tirer ce fil, et ce, sur plusieurs poteaux, alors qu’avec une machine adequate, 2 ouvriers auraient suffi pendant une journée maxi

samyfoza
samyfoza
Répondre à  Rafangy
7 mois il y a

Ary noheveriko hoe misintona papango mihantona amin’ny “fil” ireo mpiasan’ny JIRAMATY ireo…

Rafangy
Rafangy
Répondre à  elman
7 mois il y a

oh, ici, les outils courament utilisés sont le marteau, le burin et une paire de pince! pour desserrer une transmission de roue, hop, burin + marteau, idem pour le mecanisme d’embrayage de certaines peugeot(204-304-305), meme pour faire entrer une courroie dans uen gorge, on utilise toujours le marteau

Rafangy
Rafangy
Répondre à  elman
7 mois il y a

et c’est du vecu ici! moi dès que je vois un pseudo mecanicien avec un marteau, hop, je dis, non merci, on refera la prochaine fois

CLAUDE
CLAUDE
Répondre à  Rafangy
7 mois il y a

On dirait “Intervilles” sans la vachette et Guy Lux (RIP)

hary
hary
Répondre à  Rafangy
7 mois il y a

C’est un cercle vicieux : pas d’outil approprié = travail mal fait = produit peu ou non conforme = multiplication des pannes = perte d’argent.
Donc il faudrait acheter des machines à l’étranger . Mais l’importation de machines coute cher en droit de douane à Madagascar.

zanadralambo
zanadralambo
7 mois il y a

La classe moyenne (dont ma famille faisait partie), hélas, n’existe plus. La preuve la plus flagrante que le pays est tombé dans la pauvreté extrême, les faits le prouvent, du reste : on est le 5 ème pays le plus pauvre de la planète.
Mais le pire, c’est qu’on l’ a bien voulu en cédant aux sirènes de la démagogie du Madagasikara tsy mandohalika.
… Imaginez, juste imaginez que mai 72 n’ait jamais existé. Imaginez. On n’aurait jamais eu l’arnaque 1975, on n’aurait jamais vu une crapule devenir Amiral d’opérette. On ne se serait pas vendu au communisme, on n’aurait pas fait du régime de de Kim Il Sung le modèle absolu… Et Mada serait resté la perle de l’Océan indien… L’université d’Ankatso serait restée le joyau de l’Afrique francophone… La Réunion et l’ïle Maurice seraient restées les naines qui nous jalousaient à l’époque… Je parle d’un temps que les moins de 50 ans ne peuvent même pas imaginer, quand je raconte la vie du gosse que j’étais, ils croient que j’invente…
J’ai fait un rêve, en fait, on est en plein cauchemar.

zanadralambo
zanadralambo
Répondre à  elman
7 mois il y a

Certes, Elman, certes. Mais entre nous, les Mig, les T 54…à quoi ça nous a servi, Elman ? Mada n’a pas d’ennemi à l’extérieur, l’ennemi est en son sein. On n’a pas besoin de cette Armée de branquignoles, une bande de petites frappes commandées par une pléthore de généraux bedonnants… L’URSS et ses satellites nous ont fourni des armes pour défendre leurs propres intérêts dans cette partie du monde… des armes, ça ne se mange pas. C’est notre économie qui avait besoin d’un soutien, le monde communiste que nous avions choisi n’a rien apporté. Il ne savait pas faire, il l’avait voulu qu’il n’aurait pas pu; ses peuples eux-mêmes ne mangeaient pas tous à leur faim, alors…
C’est l’Amiral crapule qui nous a menés en enfer, il ne faudra jamais l’oublier. Vous êtes un peu jeune pour avoir connu cette période, la plus sombre de notre histoire. Evidemment que le petit Khon qui nous gouverne n’est pas mieux, il profite du système crapuleux de 75 dont il a hérité. Un voyou qui voit la porte du coffre s’ouvrir sans coup férir reste un voyou, il se sert.

hary
hary
Répondre à  zanadralambo
7 mois il y a

Au moins , vous avez connu la belle époque de Madagascar des années 60 -70
Mais même dans les années 90, il y avait une vraie classe moyenne à Madagascar .En province, Un couple qui travaillait pouvait se payer un loyer , son électricité , l’eau , les écolages de 3-4 enfants . Les familles pouvaient se permettre d’aller au Restaurant etc . Les délestages étaient rares.
Les rues étaient sures .Il n’ y avait pas autant d’insécurité que maintenant.

zanadralambo
zanadralambo
Répondre à  hary
7 mois il y a

Eh oui, j’ai eu la chance de connaître cette période où la vie était douce. Le Tana de mon enfance, c’était un paradis. Tout le monde ne nageait pas dans l’opulence, il y avait bien évidemment des gens dans le besoin, mais il n’ y avait pas à proprement parler d’une véritable misère. Et au moins, tout le monde mangeait à sa faim ; on avait un système de santé que bien de pays dans le monde nous envieraient ; on ne connaissait pas l’insécurité (je remontais vers la haute ville tout seul à 10 ans après mon cours de judo au collège St Michel), la seule peur du Malgache, c’était les mpaka fo et les mpamosavy… Lol.
ça fait vieux con de dire que c’était mieux avant… et pourtant, ,je vous jure que c’est la stricte vérité.

Fil info

Voir d'autres articles

Commentaires

20
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x