Waaa, le 31 janvier déjà ?

.. et sinon des projets pour la gestion 2024 des ordures ?

Ah oui oui, c’est fou comme le temps passe à la vitesse de l’éclair n’est-ce pas ? Dernier jour donc aujourd’hui pour se souhaiter la bonne année 2024

… et du coup c’est quoi justement le programme cette année 2024 ? Pour ma part, la feuille de route commence à bien se dessiner, encore quelques détails à fignoler et je saurai très exactement où est-ce que je veux aller, comment y aller et à quelle heure je devrais arriver.

Hors de question de naviguer à vue, selon les évènements et l’inspiraka du moment, c’est le meilleur moyen justement… de n’arriver à rien ! Donc on va encore améliorer le tableau de bord, la liste des tâches, le planning et toussa, et il ne restera plus qu’à dérouler en cochant les cases au fur et à mesure des actions réalisées.

Bien entendu, on se garde toujours une petite part d’agilité pour réajuster en fonction des imprévus et des aléas mais encore une fois, on a une idée claire des différents projets en cours. Donc nul besoin de réinventer la roue en cours de route, on sait où on va et comment y aller.

Bien entendu si des nouvelles idées/projets venaient à surgir, il n’est pas question de les ignorer, mais on se contentera simplement de les noter dans un coin : on a une feuille de route initiale, on essaie de s’y tenir. Car quand on commence quelque chose, on essaie toujours s’il vous plaît de le terminer, et de bien le mener jusqu’au bout, dans le temps imparti.

Et bah oui les pros bossent toujours en mode projet. On ne se contente pas d’annoncer triomphalement « on va faire ceci ou cela« , non, derrière il y a tout un boulot de rédaction d’un cahier des charges (qu’est-ce qu’on veut faire ?), puis de spécifications (comment on va le faire ?), de planification (combien de temps pour le faire et combien ça va coûter ?) et seulement une fois que toussa est bouclé, on attaque la réalisation.

Et comme je le disais plus haut, on coche les tâches au fur et à mesure de leur réalisation, ce qui permet à tout moment dans l’année de connaître l’état d’avancement d’un simple coup d’oeil, pour savoir si on est en avance, dans les temps ou si on a du retard. Puis de prendre les mesures correctives si besoin.

L’idée sous-jacente derrière tout ceci c’est aussi que « le temps c’est de l’argent« . L’enveloppe financière (budget) n’est pas extensible à l’infini, donc le dimensionnement du projet doit être réalisé au plus juste. Et chaque jour de retard c’est des sous en plus à sortir et ça peut devenir rapidement problématique. Bah oui, ce serait ballot, alors que le projet est bien avancé, voire sur le point d’être achevé, de s’entendre dire « y a plus d’argent« … très frustrant !

Et pour en terminer avec cette partie financière, chez moi 100% du budget est affecté au projet. Et non pas 10% pour le projet et 90 dans ma poche, si vous voyez ce que je veux dire ? 😄

Loading

S’abonner
Notification pour
guest
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Rafangy
Rafangy
5 mois il y a

10% est encore enorme, c’est tout juste si ça atteint les 3%

ranaivo
ranaivo
5 mois il y a

il faut revenir un peu en arriere pour bien comprendre l’origine de la destruction de Madagascar et de la societe Malagasy. La mentalite mendiante et la mentalite « fetsepr » a tous les niveaux. « Moi d’abord, les autres et la societe apres ». C’est l’inverse du « contrat social ».
Notre declin a commence en 1975. On avait un petit break de 2003-2008 sous Ravalomanana, cinq annees durant lesquelles on pouvait pu dire que l' »on peut quand on veut ».
Mais on a encore le choix d’agir tant qu’on se sent Malagasy, au moins pour nos descendants.

Fil info

Voir d'autres articles

Vos réflexions

Veuillez autoriser les annonces sur notre site

Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité. La publicité permet de financer notre site.