Samy mandeha, samy mitady

Bon bah bon long weekend quand même

Gné ? Qu’est-ce qui lui arrive encore ? Non rien de spécial, c’est juste la réflexion qui m’est venue comme ça, quand je vois la situation actuelle au pays endémique.

Samy mandeha samy mitady, que l’on pourrait littéralement traduire par “chacun pour soi et Dieu pour tous“.. ou encore, plus vulgairement, chacun sa m**** quoi.  Une autre expression qui vient à l’esprit serait aussi “aide toi et le ciel t’aidera” ?

Dans tous les cas, peu importe les figures de style, le fait est là : c’est le sauve qui peut général, le Titanic coule et personne ne veut être entraîné dans le sillage. Donc comme on dit, “samy manao izay mampietipiety ny fiainany” sisa.

Tous ces drames humains à Madagascar

Terminé les grands idéaux patriotiques, les “faire nation” et toussa : l’urgence pour chacun c’est maintenant “qu’est-ce qu’on mange” si tant soit peu qu’il reste encore de quoi faire bouillir la marmite.

On plaisante mais … même faire bouillir la marmite, au sens propre du terme ? Il faut de l’eau ? Du charbon, du gaz, de l’électricité ? Arf, vu comme ça quel luxe n’est-ce pas ? Si ça se trouve aller bouffer au tsaky pop zay maika est plus intéressant financièrement parlant ?

Ah la la cette manenganiny party… que j’avais pourtant prédit depuis des lustres… C’est dur hein ? Tous les signaux étaient pourtant là : l’après covid, la gouvernance avec les pieds, la guerre en Ukraine.. vous secouez bien toussa dans le Thermomix shaker et bam, madame est servie comme on dit.

Le pire c’est que quand le bateau coule de la sorte, les plus bas instincts eux remontent à la surface. Vous conjuguez ça avec les ventres vides qui crient famine et vous obtenez les pires horreurs dont l’espèce humaine est capable. Il suffit pour cela de parcourir la rubrique faits divers de n’importe quel quotidien de la place ou de zyeuter les réseaux sociaux.

Au final on arrive à quoi ? A Zombie Land ? Hélas, pendant que certains illuminés se croient à Disneyland, les 99% de la plèbe eux sont mihinana ny tady kirarony.

Et euh… oui ? Malheureusement, après une analyse froide de la situation, l’autre mauvaise nouvelle est que le pire est encore très loin d’être derrière vous. Je pense même qu’il est encore devant vous.

Imaginez tout simplement… que les prix à la pompe augmentent encore ? Aïe aïe aïe n’est-ce pas ? Et pourtant, il semblerait que l’on s’y achemine inéluctablement.

Le failed state se précise de plus en plus. Quelles recettes tu veux faire rentrer dans les caisses de l’Etat avec toute une population à l’agonie ? Que dalle comme qui dirait.

Bref, samy mandeha samy mitady zany sisa. Essayer de garder la tête hors de l’eau, le plus longtemps possible, en espérant encore et toujours qu’un miracle surviendra.

Malheureusement aucun miracle ne surviendra. Ce n’est pas mon éponge magique et encore moins le pfff pfff pffouuuuu qui fera des miracles.

Le seul truc qui pourra faire des miracles c’est de prendre son angady, sa b*** et son couteau et d’aller le récolter ce million de tonnes de riz supplémentaire. Et encore, avec un cours de 400$ la tonne, cela ne fera toujours que … 400 millions de $ ?

Ah la la, c’est compliqué hein ?

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Fil info

Voir d'autres articles

Vos réflexions

Veuillez autoriser les annonces sur notre site

Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité. La publicité permet de financer notre site.

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x